François Régis Tézé

Talleyrand : un évêque au service de la révolution par François-Régis Tézé

Le prince Charles Maurice de Talleyrand-Périgord, est un évêque athée qui soutien farouchement la Révolution française et installe Bonaparte au pouvoir. Il était un personnage doté d’une intelligence supérieure et incarnant l’art de vivre des aristocrates à l’époque du siècle des Lumières. Le prince Talleyrand est devenu le meilleur diplomate de la France sans égal. Il servira toujours les intérêts vitaux de l’Etat sur le plan européen, mais n’en fera autant pas pour les régimes qu’il a servi, car il les a tous trahi. François-Régis revient sur le destin incroyable de ce prince boiteux qui a joué un rôle important dans la révolution française.



Une carrière religieuse imposée au prince

N’ayant pas pu accéder au service militaire en raison d’une malformation du pied, Talleyrand a été réorienté vers l’Eglise. Dès alors, il apprend les bonnes manières, le bon ton et le bon maintien à 16 ans à Saint-Sulpice. .

Devenu prêtre à 24 ans en 1778, l'« abbé de Périgord », comme on le surnomme alors, est rapidement promu agent général du clergé de France. En 1788, à 34 ans, il se voit nommé évêque d’Autun par le roi..



Talleyrand…un homme politique futé

Talleyrand, est élu député du clergé d’Autun en 1789, ce qui marque son entrée en politique. Il fait désormais partie du camp majoritaire des royalistes constitutionnels, sous l'Assemblée nationale constituante (1789-1791).



Le prince Talleyrand et la rupture avec la Révolution

Avec le renversement de la monarchie, Talleyrand démissionne de sa fonction d’évêque. En 1792, il fait l’objet d'un décret d'accusation l’obligeant à partir pour l'Angleterre puis aux États-Unis. Il revient en France en 1794 après la chute de Robespierre, et devient ministre des Relations extérieures le 16 juillet 1797 lors d’un remaniement. Hostile à la politique de conquête en faveur de l’équilibre européen, le nouveau entre en contact avec Bonaparte qui était général en chef dans la campagne d’Italie.

Très vite, la magie opère entre les deux hommes et Talleyrand devient indispensable pour Bonaparte à tel point que ce dernier lui suggère d’organiser une campagne en Egypte dans le but de contrer l’Angleterre sur la route des Indes. La campagne est un véritable échec, mais Napoléon revient en vainqueur à Paris en vue de conquérir le pouvoir. Cette soif de conquête de pouvoir est vite remarquer par Talleyrand, qui aide Bonaparte à organiser le coup d’Etat du 18 brumaire en 1799.

Les deux hommes s’entendent sur la politique religieuse, et décident le rapprochement avec le nouveau Pape qui aboutira par la signature du Concordat. Cependant, l’entente fut de courte durée, ils se divisent sur le traité de paix d’Amiens en 1802.

Vous trouverez l’intégralité de l’article sur herodote.net

François-régis Tézé

Napoléon sur le Web

Souvenir Napoléonien
Musée Napoléon
Napoléon Monuments
Fondation Napoléon
Amis du Patrimoine Napoléonien

Sitemap


François Régis Tézé gérant de General Engineering
Marketing Développent and Trading